Lorsque les choix politiques vont à l'encontre des objectifs attendus
Publié par The Troll le 27 07 2017

En faisant du tri, je retrouve un mail que j'avais envoyé à un médecin blogeur et qui n'avait eu aucune réponse.Comme les question sont toujours d’actualités, je les publie ici

Bonjour Docteur,

Je me permets de vous contacter à la suite de votre (vieux) billet sur la protection des enfants et des "signalements", ici : http://sylvainfevre.blogspot.fr/2014/06/allo-maman-bobo.html . J'ai découvert votre blog et je remonte les billets.

Je(nous) suis(vons) plusieurs groupes facebook axés sur la parentalité positive, le maternage... enfin un peu cette mouvance. Je lis de plus en plus de témoignage de parents qui faisaient confiance à la PMI de leur coin et qui ont eu leurs enfants 'placés' pour des faits qui ne semblent pas du tout mettre en danger la vie ou la sécurité de l'enfant (nous parlons de maternage, allaitement long, cododo, régime alimentaire...., homéopathie plutôt qu’allopathie, régime sans viande...) Je ne parle même pas des mensonges sur la vaccination (existe-t-il des primes pour vacciner tout ce qui est possible ?).

Alors je peux bien comprendre que des enfants sont en dangers et qu'il faut les protéger. Ainsi, par exemple, je ne vois pas beaucoup de protection à l'enfance dans la jungle de calais. Je ne vois pas beaucoup de protection à l'enfance dans les cités sordides. J'ai l'impression de voir de la protection à l'enfance qui s'acharne sur les parents qui ne rentrent pas dans le moule fantasmé par des assistantes sociales, par des pédiatres (désagréables?) de pmi, par des intervenants qui assènent des vérités sans aucune justifications. Comme ceux qui disaient lorsque j'étais bébé qu'il ne fallait surtout pas allaiter parce que le lait en poudre était meilleur pour moi. Comme pour le couchage sur le ventre qui a tué des bébés (1000 par an pendant 20 ans = 20 000 bébés), et bien plus sur la durée que des parents vraiment maltraitants, et ce dans l'indifférence totale des autorités sanitaires.

De plus en plus de parents ont peur de l'hopital, ont peur du pédiatre, ont peur de la pmi qui va juger de leurs comportements et croyances et les signaler. Le juge qui jugera ne se basera que sur le rapport de l'enquête, rapport qui sera forcément marqué par les croyances de celui qui va le rédiger. Et il est tellement facile de jouer sur le pathos... un enfant en danger, vous vous rendez compte.... blablabla. Et même parfois, le proc accepte de signer un placement 'en urgence' en attendant le jugement, et lorsque après une bataille longue, éprouvante et coûteuse, vos enfants vous sont rendus, marqués à vie par cette 'séparation', par le jugement qui a été porté sur les parents, les responsables ne sont pas punis, pas d'excuses, pas de compensations, rien. Ils recommencent avec une autre famille, pendant 40 ans de vie professionnelle.

De plus en plus de gens évitent le circuit médical classique et/ou restent avec le médecin de famille que l'on a trouvé par hasard et qui ne juge pas (refusant de consulter spécialistes au besoin). Certaines personnes refusent de demander les RSA, la cmu, et autres trucs pour éviter de rentrer dans le circuit des "aides" et surtout du jugement. C'est, je pense, un problème de santé publique majeur : une perte totale de confiance de famille dans le système (qui est devenu répressif et aveugle). D'autant plus que TOUS les scandales sanitaires se terminent par des non lieux. L'accès à l'information est plus en plus facile et maintenant les gens savent. Avant cela se passait pareil mais personne ne savait car personne ne pouvait en parler. Maintenant le donne est différente.

Voila je voulais vous faire part de mon ressenti. J'ai pensé que votre amour de la réflexion trouverait intéressant ce petit grain de sable pour le mortier de votre réflexion.

ps : juste une question. Je lis de droite et de gauche que le tétanos n'est pas immunisant. qu'on peut l'attraper plusieurs fois. Est-ce vrai ? si c'est vrai, est-ce que sa vaccination est utile puisque cela ne vous immuniserait pas ?

je vous remercie de votre réflexion dans vos billet, sur votre pratique et de nous la faire partager.

politique ? - Mes combats - Commentez
La propagande des journalistes décérébrés continue.
Publié par The Troll le 27 07 2017

Je sais qu'il y a une propagande journalistique vaccinale, d'autant mise facilement en avant, que c'est un sujet qui fait vendre, ou il y a peu de travail à faire, juste relayer, sans trop réfléchir, la doxa du pouvoir et des labos (le pouvoir quoi). Ainsi suite au film documentaire VAXXXED (et à la diffusion des données brutes de l'étude du cdc qui est pointée du doigt), il est impératif d'allumer des contre-feux contre le lien potentiel vaccin/autisme. D'autant plus que le gouvernement de facho actuel (super on a fait barrage à la bête immonde au ventre encore fécond, du coup, pan sur la gueule du pauvre, et va te faire vacciner de force, gratos - remboursé par la sécu - qui du coup te remboursera encore moins les médocs dont tu as besoin), quelle chance d'avoir fait barrage.

Il y a des milliers de façon d'allumer ce contre-feux et chacune est déclinée jusqu'à plus soif. Le lien génétique (c'est dans les gènes ma brave dame, pas question de vaccins), mains non cela vient d'une meilleure détection (si on en trouve plus c'est que la définition à changé), le lien multi factoriel (c'est pas les vaccins c'est tout : la pollution, l'alimentation, les nano- particules, le climat... - une façon de dire c'est tout et donc rien). Bon, nous avons l'habitude : le tabac et le cancer du poumon c'était pareil, l'amiante aussi, le sang contaminé itou... (et je passe sous silence le médiator, le vioxx, l'hormone de croissance, l'explosion de SEP à la suite de vaccination hépatite B...)

Maintenant, sans vouloir faire le chafouin, passer d'une prévalence de 1 cas pour 5000 naissance en 1975, à 1 pour 150 en 2002, et à 1 pour 68 en 2012 et 1 sur 45 en 2014, aux US, explose la génétique et la meilleur détection. Il reste... le reste. Lorsque l'on regarde vaxxxed, on apprend que la première étude du CDC montre un octuplement de la prévalence des cas d'autismes pour les enfants vaccinés avec le trivalent MMR (ROR) avant 18 mois par rapport à ceux vaccinées après 18 mois ou vaccinés avec juste la valence rougeole (dans la même population scolaire). Il est vrai qu'avec un autre découpage des classes d'age et en éliminant une partie de la population étudiée, le CDC à réussi à effacer le signal statistique. C'est y pas classe les organes de contrôle ? De mon point de vue, cela occulte le reste, il ne reste que le vaccin comme principal responsable de ces autismes.

Ce ne serait pas la première fois qu'un scandale arrive dans le domaine du médicament ou des vaccins ( et ce ne sera pas la dernière). Combien de journalistes capables de parler du pandermix, retiré en loucedé du marché ? Facile ZÉRO, parce que les journalistes ne travaillent pas leur sujet et chient du papier en recopiant les éléments de langage qu'on leur donne (pas de travail, de la reconnaissance, des restaux et voyages gratis, tout bénef).

Le pire est que derrière ces journalistes, il y a une horde de crétins qui n'ont jamais lu une seule publication ou article scientifique sur la vaccination et qui viennent bêler que t'es un abrutis de remettre en cause la doxa de big pharma. Qu'ils vaccinent leurs enfants, cela fera une sorte de darwinislme, mais qu'ils laissent ceux qui ne veulent pas vacciner leurs enfants ne pas le faire.

Enfin, juste pour remettre les choses en place de manière à aiguiller ceux qui cherchent des réponses : l'association vaccin et autisme se fait pour les cas d'autisme régressif sans pathologie associé. Maintenant que ces brillants journalistes et donneurs de leçons refassent leurs articles et diatribes en parlant uniquement des cas d'autisme régressif sans pathologie associé, ils font tout de suite faire moins les malins.

Pour les faignants qui ne veulent pas chercher mais tout de même savoir : Le cas typique est un enfant qui se développe normalement, sans montrer de troubles autistiques, qui communique et participe pleinement comme un enfant classique et, d'un seul coup, après un (ou plusieurs) vaccin(s) 'régresse' (à du mal à se déplacer, tombe, ne communique plus, fuit le regard...) Regardez le film vaxXxed et ensuite venez en discuter, mais ne perdez notre temps à venir dégobiller les conneries classiques.

politique ? - Mes combats - Commentez
Féministes, ces animaux si loin de la condition humaine
Publié par The Troll le 21 07 2017

Cela faisait longtemps...mais je suis tombé sur un article de Ma... non je vais pas le citer, donc du torchon... sur Emma, une 'féministe' qui se penche sur la place de la femme 'esclave' de la société patriarcale, sexiste, machiste (et probablement facho et homophobe).

Donc cette grognasse, après la 'charge mentale' (comprendre la femme fait tout et le mec reste sur le canapé à boire de la bière et regarder le foot), si c'était un élève de terminale, il aurait un 4/20 pour le ramassis de clichés, elle revient avec l'attente.

Alors l'attente c'est quoi ? en gros la femme attend son mari à la maison pour qu'il prenne en charge sa part des taches ménagères. je suppose qu'il doit y avoir les poncifs habituels de la carrière de l'homme et du sacrifice de la femme ; le poncif de la femme qui se 'sacrifie' pour l'enfant, alors que lorsque l'on a un chien, c'est 50-50 (enfin c'est surtout l'homme qui le sort), enfin ce genre de connerie. Il suffit d'avoir un minimum de connaissance en neuroscience et de connaître la notion de 'lien d'attachement' pour se dire que ces bonne femmes ne DOIVENT pas avoir d'enfant (elles n'ont qu'à prendre des chats - parce que les chiens c'est encore trop de responsabilités pour elles.) ce n'est pas un crime de ne pas avoir d'enfant, ce n'est pas une "défaite" ou un reniement de ne pas enfanter, c'est un choix que l'on doit faire si on ne VEUT PAS ASSUMER ce que cela implique.

Plusieurs remarques :

  • Si ces 'féministes' se plaignent du mec qui fait rien et travaille tard : qu'elles le quittent, ce connard, qu'elles se mettent en couple avec un chômeur qui sera à la maison tout le temps et pourra passer l'aspirateur et faire les courses pendant qu'elles géreront les finances du ménage et assumeront (ou pas) l'équilibre budgétaire. En tant qu'homme, cela me va 10000% d'avoir cette position.
  • Je commence à en avoir plein les couilles de ces meufs qui se mettent avec le bad boy (il est trop ténébreux avec sa moto et ses soirées trash) et se plaignent qu'il n'est pas réglé comme une horloge et ne rentre pas manger à 19h30, et parfois arrive bourré à 3h00 du mat.
  • J'en ai ma claque de ces putes qui se maquent avec le mec qui a une bonne place, et ramasse le max de pèze afin de trouver ou garder un certain standing social, et qui ensuite chouinent qu'il est un brin macho et rentre tard du travail et qu'il n'est pas là pour mettre la vaisselle dans le lave-vaisselle.
  • je ne peut plus supporter ces connasses qui affirment 'les hommes blablabla' pour ne pas dire MON homme blablabla... Qu'elles le quittent, putain, plutôt que de venir baver sur tout le monde et pleurer comme des chialeuses. Ces féministes de bas étage (souvent, d'ailleurs, avec une femme en couple ou célibataires) viennent parler des hommes... autant demander à un prêtre de parler d'orgasme clitoridien.

Ce que je vois c'est que CHAQUE putain de combat féministe 'gagné' n'est qu'une régression pour tout le monde des droits, et là, comme dans la pièce de Hanns Johst, intitulé Schlageter, je dirais "Quand j'entends le mot "féministe", je défais le cran de sûreté de mon browning"

ps : ouais je suis vénère.

Lol - politique ? - Mes combats - Commentez
Vaccination, acte de foi ?
Publié par The Troll le 17 06 2017

juste un petit passage pour poster un commentaire qui a été effacé par 2 fois par le 'médecin' qui tient le blog en question.

Est-il légitime d'élargir l'obligation vaccinale

Je suis très perplexe. Le débat sur LA vaccination ou sur LES vaccins est un débat miné, hautement politique et peu scientifique. il est important de se poser des questions (sur TOUT acte médical) mais il semble que sur LES vaccins, à la fin, il faille être pour - parce que ça marche.

Nous avons bien vu lors de vos nombreuses contributions que les bénéfices, en france, pour une population en bonne santé et dans des conditions décentes de vie ne sont pas si nettes. Nous pouvons nous douter, puisque les autorités sanitaires sont pour le moins peu studieuses sur le suivi et la quantification des risques, que les risques pourraient être sous évalués.

Partant de ces 2 constats, le rapport bénéfice-risque de cet acte médical est pour le moins problématique à suivre : collectivement, puis individuellement. Ainsi, un enfant ayant des antécédents familiaux ou un terrain atopique serait un bon candidat pour surseoir aux vaccins, mais AUCUN médecin ne veut faire de contre indication pour ne pas passer pour 'antivaccinaliste' ou pour ne pas avoir la tête qui dépasse du lot, de peur qu'elle ne soit coupée, et dans le cas de LA vaccination, le couperet tombe bien vite avec des procès digne de l'époque stalinienne. En effet, puisque nous parlons science comment peut-on 'prouver' qu'un effet secondaire grave VA arriver, et donc tout certificat de contre-indication peut être mis en doute, sur cet évidence, par un médecin de pmi par exemple (même de toute bonne foi). Voila un 3ème point à prendre en compte. Enfin la notion de 'couverture vaccinale' et de 'protection de groupe' sont des notions ou les études scientifiques sérieuses manquent cruellement.

Un autre point intéressant à mettre sur la balance : AUCUNE étude sur les vaccins n'est faite en double aveugle contre placebo, ce qui est pourtant LA démarche scientifique, de plus AUCUNE étude n'est faite sur la santé des vaccinés vs non vaccinées. Lorsque l'on sort une telle étude (il en existe, je crois, au moins 3 (une américaine, une allemande et une belge) on est balancé dans les cordes parce que c'est un truc d'antivaccinaliste (???) alors qu'aucune étude non antivaccinaliste n'existe. Pourquoi les autorités ne font pas cette étude ? Puisque LES vaccins sont de la prévention pourquoi n'y a t-il pas des études de cohorte pour suivre les effets à long terme ? et montrer à la face du monde les bénéfices.

Si on regarde du coté des labos qui fabriquent les vaccins, l'histoire montre que des vaccins qu'ils savaient dangereux car provoquant des effets secondaires graves étaient commercialisés de pays en pays au fur et à mesure des retraits. Cela ne donne pas trop confiance, lorsque l'on SAIT qu'ils camouflent les effets secondaires graves.

Ainsi parler DES vaccins est une choses. Laisser les administrer à nos enfants en est une autre. Si je ne veux pas que mon enfant subisse cet acte médical parce que son terrain personnel me laisse penser qu'il pourrait faire parti des 'pas de chance' avec effet secondaire préoccupant ou grave, suis un antivaccinaliste ? N'ai-je que le droit que de poser des questions et à la fin le faire vacciner (comme un citoyen responsable) ou ai-je le droit de ne pas le vacciner, parce que DANS SON CAS, je pense que c'est une erreur et que je n'ai AUCUNE confiance dans les autorités sanitaires et de contrôles (et donc par ricochet dans le médecin qui suit le mouvement).

Autant de réponses que nous n'aurons pas. Pas de débat, faut juste être pour (après s'être posé des questions). Voilà pourquoi les gens n'ont plus confiance dans les médecins.

politique ? - Mes combats - Commentez
Lorsque la propagande tourne à fond.
Publié par The Troll le 27 02 2017

cela faisait longtemps que je n'avais pas bondi, mais je tombe sur un article de marianne (oui je sais je dois avoir un coté sado-maso, plutôt coté maso d'ailleurs à lire ce truc) ou une 'géographe et économiste, professeure à la sorbonne' nous livre une réflexion d'une grande profondeur : en agriculture faut arrêter de délirer, le bio n'est pas mieux que le conventionnel et, je cite "Croire que la solution viendra de ces aimables jardiniers sur leurs microparcelles que les médias adorent mettre en avant est une utopie dangereuse."

Bon, rien que lire cette vaste blague permet de ne pas avoir à lire son article de merde. Mais si vous voulez un résumé, imaginez tous les poncifs que l'on nous sorts à propos de l'agriculture intensive, et vous serez bon : elle seul peut nourrir tout le monde, dans les pvd les paysans rêvent de s’acheter de la chimie (bon les suicides des cotonniers en inde à cause de monsanto, elle connaît pas trop, c'est une élite française, imbue d'elle même et distribuant de la propagande de la caste dominante et des lobbys qui financent la presse... et les universités), avant c'était nul mais maintenant promis ont fait attention, l'espérance de vie augmente preuve qu'on mange sainement enfin vous connaissez tous le truc... bon elle n'a jamais du faire un blind test entre une carotte 'industrielle' et celle du jardinier utopiste, preuve qu'elle raconte un peu n'importe quoi.

Sinon, elle ne se tiens pas trop au courant de ce qui se passe dans la vraie vie et pas dans son rêve de professeur (bon, être économiste ça permet de croire tout et n'importe quoi) : les sols s'épuisent et c'est un danger majeur pour notre survie, les ressources mondiales en potasse aussi... Et pour sa gouverne enfin non, pour la vôtre car elle est à la ramasse totale et à ce point c'est grave qu'une personne comme cela enseigne dans une faculté. elle devrait être journaliste/lobbyiste à la fnsea tellement elle est à coté de la plaque, la ferme du bec hellouin, produit jusqu'à 55 000 euros de légumes sur 1 hectare, sans machines, sans pétrole et sans chimie.

Pour donner un ordre d'idée, la france produit, en moyenne, un peu plus de 5 tonnes de blé à l'hectare à globalement 200 euros la tonne soit 1 000 euros (et on ne parle pas des intrants et du coût des machines). C'est sur que le jardinier utopiste est un mec dangereux.... mais seulement pour les lobbies et les décérébrés comme les économistes peuvent l'être.

Lol - politique ? - Mes combats - 1 commentaire(s)