La fabrique étatisé de la desespérance.
Publié par The Troll le 13 02 2018

Dans mes tribulations je tombe sur un article qui parle du suicide, suite à la parution d'un rapport de l'observatoire national du suicide. Bon, à la louche, c'est environ 10 000 personnes par an, soit 3 fois le nombre de morts sur les routes. On en entend malgré tout beaucoup moins parler.

2 modes de réactions face à cette différence de traitement :

  • On peut pas mettre des radars pour racketter les suicidants, donc on s'en fout.
  • Ils sont morts, ils ne vont plus nous faire chier et ils ne pourront plus voter pour nous, donc on s'en fout.

Bien entendu le ministre se doit de dire quelque chose. Dire ce qu'elle pense (qu'elle s'en cogne sévère) est peu politiquement correct et pourrait déchaîner un shit storm. Ce dont je doute car tout le monde s'en cogne sévère, sorti des lol cat sur fb ou les trucs sur les arabes qui ont plus de droits que nous. Donc elle sort un espèce de truc "intelligent" et propose de rappeler ceux qui se sont ratés, après leur sortie d'hosto.

je suis pas un kador, mais la prévention ce n'est pas rappeler ceux qui se sont ratés. Mais que demander à ce gouvernement ? J'ai l'impression de voir Rome brûler.

Il y a une fabrique étatique de la désespérance. On désocialise les personnes, on les précarise, on les enfonce et on les accuse d'être responsables de leur état. Il n'est que voir comment les collectivité territoriales traitent les gens aux minimas sociaux.

A ce point, il faut que j'aborde la question des minima sociaux (rsa, ass...). On peut penser que c'est une forme de "charité" que l'on obole gentiment aux "pauvres" en leur demandant de se sortir les doigts du cul. C'est une vision particulièrement dégeulasse et décallée. La productivité augmentant comme elle ne l'a jamais fait dans l'histoire, il faut être moins pour produire ce dont nous avons besoin. Donc que faire de ceux dont on a supprimé le travail ? leur faire partager les bénéfice de cette hausse. Car avant d'être sans emploi, ils ont participé à cette hausse de la productivité et ont peut être même été de ceux qui ont trouvé le tour de main qui a permis de gagner un poste (le leur). De plus, comme il y a une pénurie d'emploi, le poste qu'ils pendraient, il vont bien le prendre à d'autres (qui se trouveraient alors au même point, match nul). Je ne vais pas m'étendre sur le montant de ces minimas, mais on sait que plus ils sont bas, plus ils désocialisent et précarisent. Pour sortir et inviter il faut de l'argent, si tu dois compter ce que tu manges et que tu fais des économies de chauffage, tu n'invites pas et donc tu n'es pas invité. tu ne sors pas et rencontres peu de gens : désocialisation. La précarisation venant avec l'impossibilité de faire des projets avec 400 euros par mois. Une fois arrivé là, il n'est pratiquement plus possible de revenir à la marque, c'est la fin.

Mais il y a bien pire que cela. L'état, les collectivités et autres structures associées, en plus de ces montants bien en dessous du seuil de pauvreté, trichent et demandent et redemandent les même papiers, font traîner les dossiers, reportent le plus possible les décisions, essayent de trouver le moindre truc pour radier. Ainsi, même si tu es réhabilité dans tes droits (c'est à dire que tu ne fais pas partie de ceux qui ont laissé tomber - cela représente environ 12 milliards) au bout de 3,4,5,6 mois avec le retard versé (sans intérêts), tu es dans une merde noire : des agios qui bouffent la moitié de ce que l'on te verse, des dettes partout (loyers, électricités, télécom - indispensable car que te reste-t-il sans amis et sans pouvoir sortir ?) tu es sous le niveau de l'eau avec peu d'espoir de t'en sortir.

Et certains choisissent de se flinguer. Pour ceux qui se rateront (pas de bol) on les rappellera. Trop cool non ?

Pour que cela change, il faudrait que ceux qui décident de se flinguer emportent avec eux des élus (genre le député de la circonscription, ou le sénateur, ou un ministre en déplacement). Parce que lorsque c'est le peuple qui trinque, tout le monde s'en fout, mais dès que c'est un "au dessus des autres", tout de suite, cela fait un sacré foin.

politique ? - Mes combats - 1 commentaire(s)
Le multi factoriel et le populisme
Publié par The Troll le 13 02 2018

J'ai été interpellé par un article sur le blog d'un médecin généraliste. Il faisait une longue explication sur le fait que souvent tout était multi factoriel et que c'était populiste de s'attaquer à un facteur. Par exemple l'euro pour le chômage

Même son exemple sur la pierre et la gravitation (le seul truc qui la fait tomber, mono factoriel) est faux. Il faut un référent. La gravitation existe dans l'espace et la pierre peut ne pas tomber. De la même manière la terre ne tombe pas autour du soleil. Soit elle est attirée chez newton soit elle avance en ligne droite dans un univers courbé par la gravitation chez einstein

Cela me perturbe, car j'ai peur que cela pousse à l'immobilisme.

Le cerveau humain n'est pas capable de garder en mémoire de travail plus de 5 (+/-2) objets. Ainsi face à une problématique il est virtuellement impossible au cerveau humain de prendre en compte de multiples causes.

Tout cela pour dire que le 'mono factoriel' est une tentative de réponse pour supprimer l’élément qui _semble_ être le plus important des autres facteurs. Car face à une problématique, il faut bien l'attaquer par un bout, identifier un combat. Réduire ce mécanisme en chantre du populiste mono-factoriel me semble un poil militant. Une sorte d'immobilisme voulu.

Bien souvent ce multi-factoriel est utilisé pour dédouaner. Le glyphosate cancérigène ou cancérogène ? Non multi-factoriel. Sucre et obésité ? non multifactoriel etc.

De même, bien entendu que le cancer n'est pas mono-factoriel. Alors pourquoi ériger le tabac comme responsable du cancer des poumons. Ceux qui l'attrape avec le tabac ne l'aurait-il pas attrapé avec d'autres choses ? les gènes ? le stress ? le milieu socio-culturel ? n'est-ce pas multi-factoriel ?

Enfin, je trouve que sortir populisme à tout crin est un peu ... 'populiste'. Pour prendre le cas de la tuberculose, on sait que le premier facteur n'est pas le bacille, mais la pauvreté. Bizarrement dans ce cas là il n'est pas identifié comme tel, probablement une idée trop 'populiste' (qui est devenu l'insulte facile pour déconsidérer l'adversaire sans avoir à argumenter).

ÉDIT du 7 février : et paff, je regardais les débats parlementaires sur le burn out et cela n'a pas manqué : le député godillot (ce n'est pas son nom) de Makon est venu expliquer à la tribune que cela ne pouvait pas rentrer dans les maladies professionnelles... parce que c'était multi-factoriel. Étonnant, lorsqu'il faut imposer à la populace des trucs il n'y a jamais le multi-factorielle mais dès qu'il faut mettre en place quelque chose qui la protège, ce n'est pas possible à cause du multi-factoriel.

politique ? - Mes combats - Commentez
La fabrique de la soumission.
Publié par The Troll le 13 02 2018

je lisais l'autre torchon (marianne) qui publie un bel article sur une épidémie de rougeole à Bordeaux, qui serait due, je vous le donne en mille, à une couverture vaccinale insuffisante. Simple non ? Dès qu'il y a un soucis, c'est à cause de la couverture vaccinale insuffisante. Je me demande même si le chômage n'est pas due à une couverture vaccinale insuffisante et qu'on nous le cacherait.

Bon reprenons un peu les fait. Les victimes de l'épidémie sont des .... adultes. Nous sommes en 2017. Les personnes ayant 30 ans, sont nées en 1987. Le vaccin est injecté depuis 1983 dans le calendrier vaccinal. ainsi on peut difficilement expliquer simplement la chose. Mais impossible n'est pas mariane.... ils n'avaient qu'une seule dose, puisque la deuxième dose a été inscrite en 1996, pour renforcer l'immunité. Ouf le soldat vaccin est sauvé, la vérité est dite et tout correspond. Ils l'ont attrapé parce qu'ils n'avaient qu'une seule dose et donc que la couverture est insuffisante.

Sauf que... la deuxième dose n'a aucune influence et ne sert à rien. À l'extrème limite gagner un peu sur les 5% qui ne serait pas converti à la première dose. Une étude sur les enfants, durant 15 ans en chine le montre. Une deuxième dose n'améliore pas l'immunité.

Si on suit les enfants, 15 ans après la vaccination, il y en a déjà 20% qui ne sont plus immunisés. Ensuite on a arrêté de regarder. Des discussions que j'ai lu, les professionnels sérieux estiment qu'au bout de 20-25 ans pratiquement plus personne n'est immunisé. Putain... paff l'age des victimes de cette épidémie. Un truc de malade... mais comment ça se passait avant ? lorsqu'il n'y avait pas de vaccins ?

On commence par la maman qui avait attrapé la rougeole, qui donne à son enfant les anticorps et le protège un certain temps (pas d'étude sur la durée, entre rien et probablement 1 ans, et probablement pendant la durée de l'allaitement). L'enfant attrapait la rougeole au contact des autres (on faisait même des après-midi rougeole, pour contaminer ceux qui ne l'avait pas attrapé, au contact de l'enfant malade.Ensuite on les gardaient bien au chaud). il pouvait y avoir des complications mais elles étaient moindres que celles chez les adultes, donc le choix était d'immuniser les enfants. Et ces enfants étaient contaminants, ainsi les adultes immunisés par la maladie la rattrapait de manière asymptomatique et avaient des rappels naturels 'régulièrement'.

Sauf que maintenant que l'on vaccine les enfants, le virus ne circule plus, les adultes ne reçoivent plus de rappels naturels et perdent leur immunité et l'attrape adulte.Parce que la COUVERTURE VACCINALE EST TROP IMPORTANTE. On devrait limiter la vaccination aux enfants à risques de complications.

Mais ça ma brave dame, c'est complotiste de le dire. La science est un complot contre le bon sens de nos politiques et le chiffre d'affaire des labos.

les liens :

Voila, maintenant faites comme vous voulez, vous savez.

politique ? - Mes combats - Commentez
Pour faire des économies en termes de santé publique
Publié par The Troll le 13 02 2018

Puisque la mode étant à la délocalisation, je propose de délocaliser notre pharmacovigilance en cote d'ivoire. Ils auraient le soleil (et les nanas qui sait) et ne seraient pas dépaysés car comme d'habitude, sur le cas levotyrox, notre pharmacovigilance ivorien.

C'est l'exception française en matière scientifique. Nous la connaissions en matières des arts et lettres, elle fait des gorges chaudes en matières de corruption politique, mais elle circule seulement à bas bruit en matières scientifiques. Notre pôle santé juridique ne voit jamais la responsabilité des fabricants en terme de médicaments ou vaccins. Il faut que ce soit un journaliste, ou une fille de brest, ou une association de patients et que les cadavres et mutilés s'empilent pour que la justice conviennent qu'il y a un truc. Tant que l'on peut nier en disant yapadpreuve, on le fait.

Dans le cas de notre pharmacovigilance, malgré le fait que les centres de pharmaco furent submergés à tel point qu'il fallut en ouvrir des spéciaux et que de nombreux signalement ne purent pas être pris à cause du volume (que notre pharmacovigilance ne pouvait pas absorber), le résultats de l’enquête de pharmacovigilance est net :

« La poursuite de l’enquête réalisée sur la période du 15 septembre au 30 novembre 2017 sur la base des cas enregistrés dans la base nationale de pharmacovigilance (BNPV) confirme que les effets indésirables rapportés avec le Levothyrox nouvelle formule sont similaires à ceux du Levothyrox ancienne formule. En effet, l’analyse globale des données de pharmacovigilance ne met pas en évidence d’effets nouveaux en termes de nature et de gravité des cas. (…)»

Pour le dire en clair, la pharmacovigilance sur l'affaire lévotyrox.... ivorien

C'est marrant, les déclarations ont explosés à tel point qu'ils ne pouvaient pas les prendre en compte, c'est à dire que pour cette simple formulation, les centres étaient débordés en capacité par rapport à TOUTES LES SPÉCIALITÉS qu'ils suivent, mais pas plus qu'avant pour le levothyrox simple formule. Une sorte de médecine quantique. Bien plus, mais pareil.

Un maître nous disaient, les cons ça osent tout et c'est à cela qu'on les reconnaît.

Comment peut-on faire confiance au système de santé en france lorsque l'on voit le déni installé de manière institutionnelle. Nous sommes dans l’ère de la post-vérité. Il y a une vérité d'état et la science est tordue pour se conformer à cette vérité et tous ceux qui ont des doutes sont des complotistes (affreux et incultes bien entendu).

Je rappelle à toutes fins utiles le lien vers un article de Marc Girard, docteur en médecine et expert en réglementation en ce qui concerne les médicaments, qui pointe ce que l'on pourrait appeler une malhonnêteté de notre pharmacovigilance qui s'emploie le plus possible à camoufler les problèmes. Tant pis pour les gens qui meurent.

Article de Marc Girard sur les turpitudes intellectuelles de notre pharmacovigilance : www.rolandsimion.org/spip.php?article395&lang=fr

Le sur-réalisme médical de notre ansm : Point-d-actualite-sur-le-Levothyrox-et-les-autres-medicaments-a-base-de-levothyroxine-Les-nouveaux-resultats-de-l-enquete-nationale-de-pharmacovigilance-confirment-les-premiers-resultats-publies-le-10-octobre-2017

politique ? - Mes combats - Commentez
lorsque la PQR est devenue une arme de propagande
Publié par The Troll le 13 02 2018

J'ai été effaré par le contenu mensonger et sans aucun recul d'un article du journal l'Union. et j'ai voulu contacter le médiateur pour m'ouvrir à lui. Impossible de trouver, ni dans l'édition papier, ni sur le web, ni même en demandant par mail à un contact 'régional'. Je recopie ici donc la lettre que je voulais envoyer, histoire d'effacer le courrier en attente et de libérer ma mémoire de ce truc. (je sais que c'est bien inutile, mais je ne peux m'en empêcher.)

_______________________________________

Monsieur,

Je me permets de vous écrire suite à la lecture de l'édition papier du 17 janvier 2018 concernant la vaccination de la grippe.

Nous avions déjà bien compris que l'union (au moins pour l'édition de soissons) est devenu une sorte de journal municipal multi communes. Il donne un peu de nouvelles mais fait très souvent l'apologie, sans réflexion, des maires et de leurs réalisations. Une sorte de presse aux ordres, par réflexe. Pas de vagues et les chiens écrasés. Les seules vérités objectives sont les avis de décès.

Concernant la double page de propagande pour la vaccination, je crois que la coupe a débordée. Qu'un journaliste présente une thèse ne me pose aucun soucis. L’absence de réflexion et de points de vue divergents est déjà plus problématique, mais nous avons l'habitude, ce n'est pas une affection propre à l'union mais une pandémie qui concerne tous les journalistes. La nouvelle génération, soumise aux puissants.

En revanche laisser se répandre les informations mensongères des autorités, sans confirmation du diagnostic et sans la moindre vérification ou analyse est une faute grave qui déconsidère le métier, qui vous déconsidère.

Ainsi vous affirmez (en reproduisant sans discernement les chiffres de l'invs) 14400 morts de la grippe. Cela fait peur et cela permet de pousser les gens crédules à se vacciner. Votre métier de journaliste est de vérifier. Avez-vous contacté un médecin qui avait une opinion divergente ? Non, pas la peine n'est-ce pas ? En fait vous diffusez une fake news, pour rester dans le vocabulaire à la mode. Vous ne jouez plus votre rôle, vous ne servez plus à rien.

Vous affirmez à la une "certains pays ont fait le choix de vacciner systématiquement tous les enfants". Dans le développement de votre article vous parlez du japon... qui a arrêté pour des raisons financières, semble-t-il. En fait je crois qu'il semble que ce soit à cause d'un message d'un extra terrestre. Vous affirmez que les état unis recommandent. On est loin de la vaccination systématique comme affirmé. Vous ne citez aucune source et affirmer comme ça. Goebbles disait qu'il suffit de répéter le même mensonge pour en faire une vérité. Vous êtes à la pointe de la technique. Vous ne connaissez rien à la question, vous ne lisez rien sur la question, vous ne vous interroger sur rien et diffusez la parole des puissants. Ce n'est pas du mauvais journalisme, car ce n'est même pas du journalisme.

Le docteur Dupagne a écrit un article à se sujet en 2015 : Grippe saisonnière : 7000 morts d’après les organisateurs, 500 d’après la police. Ne pas consulter les sites un peu divergents lorsqu'on écrit un article, c'est faire de la propagande, comme pendant les heures les plus sombres.

http://www.atoute.org/n/article163.html

Il y a dans cet article un lien vers une publication d'un autre médecin, pédiatre, Claudina Michal-Teteilbaum qui présente le résultat d'une étude Danoise sur la vaccination des personnes âgées,

http://docteurdu16.blogspot.fr/2012/02/vaccination-anti-grippale-une-etude.html

Ne trouvez-vous pas étrange qu'un simple citoyen en sache plus sur le sujet qu'un journaliste qui écrit une double page dans un quotidien ?

Encore pire, cet article promeut la vaccination des enfants contre la grippe pour soit disant 'protéger les vieux' alors même que les études sérieuses (cherchez cochrane grippe sur internet) montrent que la vaccination du personnel soignant en epad n'a que peu d'effets sur la mortalité.

Tiré de la publication de Mme Teteilbaum. Une étude néerlandaise publiée dans le Journal of virology en 2011 [.....] Les auteurs pointent donc le risque qui existe à promouvoir une vaccination généralisée des enfants.

Ainsi en plus de fournir des informations fausses dans le but de tromper, vous promouvez une stratégie risquée pour le système immunitaire des enfants.

Je ne sais comment qualifier cette attitude. C'est dommage qu'il n'existe pas une ordre déontologique pour les journalistes afin de faire le ménage, mais resterait-t-il assez de journaliste du coup ? Comment ne pas faire le lien avec la proposition de jean luc melenchon d'instaurer un tribunal du journalisme. Comment faire cesser la diffusion de fausses nouvelles par la presse qui reçoit des subvention de l'état. La réponse étant peut être dans la question.

Cantonnez vous à l'actu people, au moins vous ne ferrez pas de mal.

ps du 29 janvier 2018, j'ai retrouvé le lien dont je voulais parler, il est ici (encore un blog d'un médecin) : https://30ansplustard.wordpress.com/2017/01/16/pourquoi-les-chiffres-de-mortalite-grippale-sont-incomprehensibles/

politique ? - Mes combats - Commentez