Je me fous de ta gueule pour pas chèr.
Publié par The Troll le 13 02 2018

Je viens de recevoir le journal (la propagande) de la région hauts de france (beurk le nom) (oui je suis grillé, je suis un hautiste).

Donc en 4ème de couverture, une publicité pour "les promesses,faites promesses tenues", du candidat bertrand je suppose, : l'aide à la mobilité. Un truc de ouf.... un chèque de ... 20 euros par mois pour vous aider à vous rendre à votre lieu de travail (plus de 30 km). Je ne critique pas l'idée en soi chaque centime semble le bienvenu dans cette société de précarisation, dans ce territoire dévasté par la déprise industrielle ou les politiques publiques sont incapables d'impulser une dynamique de développement (hors emploi d'esclaves), tiraillées entre les 2 mamelles que sont :

  • je donne aux copains qui se goinfrent et ne développent pas plus
  • je suis un libéral qui pense que l'état doit en faire le minimum.
Donc 20 euros c'est mieux que rien. certes.

MAIS, et là est le mais, ils donnent à penser que les trajets de et vers son lieu de travail ne 'coûtent' pas grand chose, puisque les 20 euros doivent représenter une bonne partie. Effectivement, si on regarde juste son plein d'essence, 20 euros, c'est un demi plein et de l'ordre de 1/4 de ses dépenses essences pour ces trajets (si on juge à la louche à soupe). Or avec un peu plus de réflexion, l'état "rembourse" (permet de déduire) 0,568 centimes du km (6 cv fiscaux). On peut penser que c'est une estimation basse, connaissant les largesses de l'état. En clair l'administration fiscale estime que chaque kilomètre revient à, au moins, 0,568 centimes pour chaque kilomètre parcourus.

Dès lors les 20 euros par mois (environs 20 jours de travail) représentent 1 euro par jour travaillé et donc 1 kilomètre 76 (aller et retour) soit 880 mètres. En clair si vous garez votre voiture à 880 mètres de chez vous, en direction de votre lieu de travail, vous économisez 20 euros par mois sur vos frais de déplacement. Voila ce que représente cette aide de 20 euros : elle ne sert qu'à en mettre plein la vue à pas chère et SURTOUT ancrer dans la tête des gens que faire 50 km pour aller à son travail (plus 50 au retour) est 'rentable' en étant payé au smic, car il faut être mobile. Alors que ces 50 kilomètres en voiture (plus 50 eu retour) vous coûtent pour 20 jours travaillés 1136 euros. En clair : On travaille juste pour payer les frais de voitures. ah non maintenant on peut manger à macdo 2 fois avec la prime des 20 euros. Faut juste bien planifier ces repas opulents pour tenir le mois entier.

Et le pire dans tout cela est que l'ensemble des politiques publiques cherchent à 'créer' des concentrations d'entreprises (et donc de créer des longs trajets) plutôt que de jouer sur la dissémination du tissu économique sur tout le territoire. Pour le dire mieux, les maires des grosses villes phagocytent le développement économique de la région, pour le garder chez eux en laissant les gens du territoire faire 50 kilomètres pour aller travailler.

Petit aparté sympathique : sur le schéma de cohérence territorial de l'agglo soissonnaise à comme objectif de faire aller travailler les gens sur Paris et donc pleure pour le 2x2 voies intégral jusqu'à la capitale. Soit à la louche 110 km et pour un mois de travail (20 jours) 2499 euros et 20 cts de frais de trajets. La classe non ?

Lol - politique ? - Mes combats - 2 commentaire(s)
la phrase trop lol
Publié par The Troll le 16 01 2017

Je n'ai pu m’empêcher de faire un mini-post pour relayer la phrase d'un journaliste de Marianne qui se moque de l'homme peureux qui a peur de l'avenir et se réfugie dans le passé. Je cite :

"Mais le drame est que, face à l'angoisse de l'inconnu, l'homme a tendance à se raccrocher à un passé qui ne reviendra plus ("Encore une minute, monsieur le bourreau !"), au lieu de s'atteler à la tâche plus difficile de penser l'avenir ."

En effet le condamné à mort n'arrive pas à penser à l'avenir... quel con franchement.

Lol - politique ? - Mes combats - Serveurs - 1 commentaire(s)
Injonctions paradoxales, entre le fric et... le fric.
Publié par The Troll le 29 09 2016

Comme suite à mes nombreuses désactivations de comptes, je pose toujours et encore la meme question : pourquoi ? (petit courrier electronique, je vous donnerais la réponse si j'en ai une qui n'est pas un truc automatique qui tombe à coté de la plaque.

Bonjour

Je n'ai toujours pas eu de réponse à ma précédente question : pourquoi mon compte avait été désactivé ? Pour savoir, afin d'éviter de refaire la même erreur. Je peux évidement ne rien faire et rester terré comme un lapin poursuivi par un renard, mais cela limite grandement l'utilité et l'intérêt d'un 'réseau social'.

Concernant le fait d'envoyer des invitations et des messages qu'aux personnes que je connais personnellement, cela ne me dérange pas du tout, mais d'une part cela contrevient fondamentalement au concept même de ce qu''est un réseau social, et d'autre part, Je n’arrête pas d'avoir dans mon fil de publication des propositions venant de vous, me proposant des personnes à ajouter et demander en amis. Ce sont 2 injonctions paradoxales.

Soit je ne dois pas contacter les gens que je ne connais pas. Soit je dois demander en amis les amis de mes amis, mais je ne peux pas faire les deux en même temps. Je pense que si trop de gens se plaignent d'être ajoutés par des inconnus, il faudrait que vous arrêtiez de proposer continuellement des nouvelles personnes à ajouter.

De même lorsq'une personne devient votre ami et qu'elle a peu d'amis, vous proposez même de LUI permettre de trouver de nouveaux amis, en clair de le mettre en relation avec des personnes qu'il ne connaît pas.

Vous poussez à contrevenir vous même aux règles que vous fixez. Je comprends parfaitement le nœud gordien dans lequel vous êtes : votre business model est de data miner les personnes en les 'scorant' suivant leurs amis , publications et like. Plus elle a d'amis et d'activité, plus vous êtes capable de compléter son profil et, par rebond, celui de ses amis et plus votre 'actif' est important. Mais des gens se plaignent d'être ajoutés par des inconnus et limitent leur présence et donc diminue leur 'rentabilité'.

Ainsi je pense qu'il faudrait une politique plus transparente et cohérente pour que gens puissent suivre et que ce ne soit pas à la tête du client suivant l'humeur de celui qui appuie sur le bouton.

De plus en plus de gens demandent aux pages et groupes de créer des forums sur les sites internet. Ce n'est pas un bon signe. Mais je divague (en un seul mot). J'aimerais juste avoir une réponse simple à ma question simple : pourquoi mon compte avait été désactivé ?

Lol - Mes combats - Commentez
Lorsque le journalisme ne fait pas son travail.
Publié par The Troll le 26 09 2016

Cela faisait longtemps que je n'avais rien écris car j'étais occupé à autre chose, mais devant le ramassis de lieu de commun de Marianne (ui,ui, encore eux... je vais finir par faire un prix Marianne pour les articles de 'merde' écrits par des journalistes et publiés) donc voila la chose :
Refus des vaccins : une pathologie politique

J'ai donc écrit une petite lettre à la rédaction, je vous tiendrais au courant si je reçois une réponse.

Concernant l'éditorial de Mr Conan sur le refus de vaccination, je me demande comment la rédaction à pu laisser passer une telle chose.

Peut être que l'objectif est de faire le buzz, peut être que le but est de trouver de nouvelles sources de revenus en élargissant le marché publicitaires aux laboratoires pharmaceutiques, peut être que le but est de faire du remplissage avec le classique marronnier des 'crétins égoïstes' qui ne veulent plus se vacciner. Mais la déontologie journalistique demanderait un minimum d’enquête, de recoupement, avant de pisser de la ligne pour remplir un 'magazine'.

Par exemple, je ne vois pas une seule donnée épidémiologique venant accréditer la thèse que ce recul,ou défiance, à la vaccination viendrait mettre à mal la santé publique (bien collectif s'il en est). En revanche, pas un seul mot non plus sur le fait que la santé publique se dégrade, car, du fait de mauvais remboursements, les gens repoussent ou refusent les soins (il y a un grand livre blanc sur la santé mais probablement trop de mots pour votre 'journaliste'). Pas un seul mot de la réapparition de maladies (je pense à la tuberculose par exemple) qui vient, non pas de l’arrêt du bcg (vaccins reconnu maintenant comme dangereux), mais de l'accroissement de la pauvreté et de l'insalubrité des logements d'une part toujours plus grande de la population, dans votre indifférence générale.

Par exemple, je ne vois aucune donnée de pharmacovigilance montrant la 'sûreté' des vaccins, je ne vois aucune donnée pharmacologique montrant que la prolifération des vaccins correspond à un besoin de santé publique, je ne vois ... rien que des idées reçus d'un discours culpabilisant bien main stream, n''hésitant pas à caricaturer ceux qui ne pensent pas comme vous.

La seule chose qui me console, c'est que l'article montre que plus le niveau culturel est élevé et plus les gens sont méfiants. Ainsi la foi aveugle de votre 'journaliste' ne le place pas dans la catégorie au niveau culturel élevé, ce qui correspond en fait au contenu de l'article : de l'article de gare qui fait passer le temps et n'apporte rien. Une sorte d'épanadiplose narrative.

À chaque fois que je lis un article de votre 'magazine' sur un sujet que je connais, à chaque fois c'est un summum d’approximation et de désinformation. Soit c'est volontaire et là excusez du dérangement, soit cela ne l'est pas, alors changez une partie de l'équipe avant de décrédibiliser la totalité du contenu éditorial.

Lol - politique ? - 1 commentaire(s)
Internet et la liberté
Publié par The Troll le 27 04 2016

je suis tombé par hasard pas si hasardeux sur un article d'un monsieur : https://www.santenatureinnovation.com/jm-dupuis-bientot-supprime/

Ce monsieur (je ne parle pas de lui en particulier, je ne le connais pas, mais c'est un propos bien plus général) fait la grande découverte du siècle : Rien n'est gratuit.

Il faut au moins un ordinateur, une connexion internet, un raccordement électrique, et du temps. Voila pour la partie matériels.

Pour la partie logiciels, Si ce que vous avez est gratuit, c'est que c'est vous la marchandise. Ainsi tous les grands noms touiteur, fassebouc, gogole, unstagramme et consort vous offrent la possibilité de vous servir sans payer de leurs services mais en échange ils utilisent vos données personnelles (navigation, connexions, recherches, mails, contenus, amis, relations...) pour vous 'scorer' (vous profiler économiquement) afin de vous 'vendre' au mieux à des annonceurs, au pire aux gouvernements, aux partis politiques, à vos employeurs. Ils peuvent (et font) de la censure sur leurs réseaux (ils sont chez eux tout de même) pour des bonnes (mœurs, légalités) ou mauvaises (concurrences, vies alternatives...) raisons. Ils utilisent même votre activité numérique pour scorer vos visiteurs et les vendres aux entreprises les plus offrantes. Ainsi le gentil animateur d'un blog sur les produit naturels hébergé gratuitement, avec des statistiques de visites gratuites, des listes de diffusions gratuites, des adresses et comptes mails gratuits offre sur un plateau ses visiteurs à des groupes (par exemple yves rocher, bjorg, danone...) qui sauront utiliser avec intelligence ces données (qu'elles payent bien volontiers).

Mais cela ne veut pas que internet est verrouillé (pour le moment), cela veut dire que vous devez ne pas utiliser leurs réseaux, vous devez prendre un hébergement (un vrai) et apprendre à le gérer : site, blog, mails, listes, flux rss... ou prendre un prestataire pour le faire, un prestataire en accord avec vos valeurs pour qu'il ne vous censure pas. Oui c'est payant.

C'est à ce moment là que les kékés comment à hurler au racket. Lorsque vous achetez(ou louez) une voiture, vous la payez, vous payez votre assurance, votre essence, vous avez même payé le droit de l'utiliser (le permis de conduire), soit vous la réparer vous même, soit vous payez le garagiste et personne ne trouve cela anormal. Par contre, en informatique tout le monde pense pouvoir l'utiliser gratuitement sans aucune contrainte parce que tout le monde à l'impression qu'ouvrir un compte gmail c'est se créer un mail, qu'ouvrir un waurdpresse gratuit sur waurdpresse point com et prendre les stats gogle, c'est gérer un blog que retoucher (j'allais dire saloper) une photo avec un phautoshop piraté c'est être infographiste. Ben non, c'est juste être un 'kéké' en informatique (sans le dire méchamment). Et à chaque fois, lorsque vous tentez de leur expliquer les logiciels libres, comment utiliser quoi, ou apprendre, par quoi commencer, ces gens là vous envoient bouler en vous expliquant qu'ils savent parfaitement ce dont ils ont besoin et ce n'est pas de vous. Dont acte.

Et puis un jour, pour les plus chanceux, ceux qui vont évoluer suffisamment pour heurter le plafond de verre (le vraie), ils vont s’apercevoir que non ce qu'ils font ce n'est pas de l'informatique et qu'ils sont coincés, ils sont censurés, leurs pages fermées, leurs données perdues, leur phautoshop piraté qui ne fonctionne plus que leur waurdpresse a été piraté et vont pondre un long post dithyrambique sur internet qui est trop pourri. Non il ne l'est pas encore, c'est juste leur internet qui est pourri parce qu'ils n'auront pas voulu ou pas pu apprendre (moi je veux que ca marche épicétou).

Et le pire de tout c'est que ces gens façonnent cet internet pourri, en désapprenant à leurs visiteurs les bonnes pratiques, en leur faisant croire qu'une page fassebouque c'est ça internet, en leur faisant croire qu'un gogoleplus c'est ça une gestion de contacts, en leur faisant croire que ce minitel 2.0 c'est cela internet. Alors que non. Il est très facile de s'émanciper : apprendre et prendre un hébergement. Toute la doc est gratuite sur le net (sur les bons sites et pas sur les miroirs gogole.)

ps : vous remarquez que je dis qu'internet n'est pas verrouillé 'pour le moment', c'est parce que les gouvernants voudraient bien le verrouiller pour empêcher les gens qui ne peuvent pas être censurés par gogole et consort puissent l'être par une autorité administrative, pour que les gens qui ne peuvent pas être pistés et contrôlés par gogole puissent l'être par une autorité administrative et lorsque le peu que nous sommes tentons de nous faire entendre pour combattre ces tentatives de flicages et de pistages, ils sont les premiers à nous rétorquer que si on avait rien à se reprocher on n'aurait rien à craindre de toutes ces lois liberticides : ben oui celui qui a un mail gogole n'a rien à craindre de plus, mais le 'rebel' qui aime bien être libre ? La liberté est devenu tellement old school aujourd'hui.

Si je dois vous donnez un conseil : allez regarder derrière le mur, l'herbe est bien plus verte. Si vous avez du mal : faites-vous aider. La liberté requiert du travail pour s’apprécier. Internet ce n'est pas ce que ces gens là vous disent, vous vendent et vous font utiliser : internet c'est vous au centre.

Debian linux - Lol - politique ? - Libre - Serveurs - Commentez