oui, un article bien glauque qui tape sur les écoles alternatives.
Publié par The Troll le 02 10 2017

Je viens de lire la critique acerbe à propos du film "Une idée folle" (on l'aurait bien deviné sans le lire), du prof de lettre tenant blog laviemoderne.net - http://laviemoderne.net/grandes-autopsies/168-une-idee-glauque

Ce qui frappe le plus dans cette tribune plus engagée que réflexive est l'adultisme. Cette propension d'une bonne partie des adultes (et une plus grande partie encore des enseignants) à traiter les enfants comme... des enfants (statique) et non comme des adultes en devenir(dynamique). Je vais faire une précision tout de suite, parce que des mauvaises langues comme celle de cette article pourrait poser la question idiote 'alors ils ont le droit de ne pas se coucher, boire de l’alcool et se droguer ?'. En fait ils ont le droit si cela ne met pas en danger leur sécurité. Ainsi si vous trouvez possible qu'un adulte puisse le faire, l'enfant peut le faire, avec une certaine gradation, pas de sexe à 5 ans par exemple. Mais l'enfant de 5 ans, par nature ne veut pas de sexe.

Ainsi, par exemple il ne viendrait jamais l'idée à une personne d'imposer à un adulte une lecture en particulier, même s'il n’accroche pas, tandis qu'avec les enfants c'est pour leur bien. Il est là le cœur du truc "C'EST POUR LEUR BIEN". Peut être pas en fait, involontairement. Est-ce que l'école à pour but l'émancipation ? Par exemple comment apprendre à un enfant à s'interroger sur les structures sociales et de pouvoir s'il DOIT obéir sans discuter aux enseignants, s'il ne peut remettre en cause une décision qui impacte son expérience éducative (par exemple, privé d'expériences dans les TP parce que l'enseignant juge que c'est trop le bordel ?), lorsque les punitions sont imposées et non discutées, lorsque dès le plus jeune age on 'note' et valorise les comportements 'conformes'. On se demande ensuite pourquoi la majorité des adultes suivent comme des moutons : parce qu'on leur a appris, tout simplement, dès le plus jeune age. Alors, effectivement si on pense que rentrer dans le moule, sans avoir la tête qui dépasse pour être 'heureux' dans sa vie toute tracée d’obéissant est la ligne bleue des Vosges, effectivement c'est un choix valable, mais si l'objectif est de leur fournir les outils pour dépasser les structures sociales sclérosantes et asservissantes de cette société, ce n'est pas bien productif, voire contre-productif.

Autre chose qui m'interpelle, c'est la grande guerre entre apprendre (c'est le bien) et apprendre à apprendre (qui est le mal). On peut le poser d'une autre manière : quelle adulte se souvient de la masse molaire du carbone ? Pourtant il l'a appris à l'école... et oublié. Qui même se souvient juste de ce que cela représente ? Pourquoi si peu de monde se souvient ? parce qu'on ne l'utilise pas régulièrement et le cerveau élague les circuits neuronaux dont on ne se sert pas. De cette manière ne serait_il pas plus productif d'apprendre à apprendre (et renforcer ces circuits neuronaux), plutôt que des informations pointillistes et isolées qui seront oubliés l'année suivante ?

L'exemple des TPE (et des dossiers technologique) est frappant,la très grand majorité est une 'somme' de descriptions collées les unes aux autres sans réflexion profonde sur le pourquoi. Parce que les élèves ne savent pas faire, parce que les circuits neuronaux d'apprentissage ont été élagués pour laisser la place à ceux de la mémorisation : on fait des fiches pour 'recracher le cours', on apprends les plans type des sujets pour les ressortir, on apprend à étaler sa culture... et ça passe. C'est le triste résultat le l'apprentissage de connaissances.

Parce que cette tribune qui est prise entre 2 feux doit combattre à dextre l'évolution de l'école voulant transformer le savoir en compétences (qui est exactement l'inverse) et à senestre l'apprentissage des savoir vers l'apprentissage de l'apprentissage (l'autre l'inverse). Tout l'article est une dénonciation des 'idéologies' (ou supposées) derrières les exemples, partant du cas particulier pour en tirer une généralité de sachant et montrant que dans l'EN (restant au cas général) ce n'est pas si mal. Oui, il y a des enfants heureux à l'école et SCOOP : ces enfants ne changent pas d'école, ils RESTENT. Je trouve intellectuellement minable de faire entrer la miviludes dans le circuit de la réflexion. Que vient faire les sectes la dedans ? Pour compléter le tableau, il ne reste qu'à invoquer la possible dérive vers la radicalisation et les écoles coraniques, histoire de bien pourrir la réflexion.

Oui SI l'école avait des classes plus petites, SI les profs avaient plus de latitudes dans le choix des pédagogies (il suffit d’assister à un contrôle de l'inspection d'académie pour comprendre ce qui est à l’œuvre), SI les profs n'étaient pas maltraités par l'institution (ils deviennent maltraitants), SI les élèves n'arrivaient pas en 6ème sans savoir lire, SI les élèves ne subissaient pas de harcèlement à l'école (dans l'indifférence de l'encadrement et la culpabilisation de la victime), Si les élèves n'étaient jamais humiliés par l'encadrement scolaire, OUI ces écoles (et l'instruction en famille) ne seraient pas en forte croissance.

Plutôt que de se battre contre elles, il vaudrait mieux passer son énergie à la transformation de l'école, écarter les professeurs toxiques, virer les IA qui sont à la ramasse, résoudre (et non pas les minimiser et les cacher) les problèmes de harcèlement et les parents reprendraient confiance dans l'école.

Alors oui, ces écoles sont chères et donc réservées à une classe sociale plutôt favorisée, mais c'est un peu du foutage de gueule cette argumentation. Est-ce que les enfants du CAC40 ou des politiques vont au collège Paul Doumer ou Pablo Neruda ? Non, mais tout le monde s'en fout, ce n'est pas important, par contre pour dire du mal des écoles alternatives, cette barrière financière à l'entré est un soucis.

On peut même se poser la question des études, quel est le but de faire un master pour se retrouver à faire des frittes chez macdo ou de faire du secrétariat chez un plombier ? Ainsi l'évolution de l'école, venant de la base de la pyramide, est le juste reflet de l'évolution de la société : l'impossibilité de se projeter dans un avenir professionnel radieux et la mise en place de stratégie compensatrice : la création d'un univers de possibles différents, humainement plus riche, en vivant en marge, favorisant alors un apprentissage permettant le développement personnel plutôt que la conformité sociale esclavagiste. Ce qui est exactement la philosophie des colibris (qui n'est pas une secte, l'EN serait plus une secte qu'eux): vivre en marge de ce monde broyant l'humain plutôt que de tenter de se hisser à la place de celui qui va broyer l'autre, pour ne pas être broyé soi même : ni bourreau ni victime.

politique ? - Commentez
Nous avons un gagnant
Publié par The Troll le 30 09 2017

À propos de l'augmentation du forfait hospitalier, qui passe donc à 20 euros par jour, même le jour de sortie, ce qui explique que pour l'hosto c'est un jour double : payé par celui qui sort et par celui qui rentre.Notre sinistre de la santé explique, non sans rire "ce forfait hospitalier n’est pas payé par les Français mais par les mutuelles".

J'avais oublié que les mutuelles avaient le droit d'imprimer des billets, moi qui pensait que ce que les mutuelles payaient c'est ce que les français payaient par les cotisations aux mutuelles.

Mais les mutuelles (et donc vous) c'est un peu la vache à lait des pouvoirs publics : qui sait ou se souvient que la gabegie sur la grippe H1N1 et les millions de doses commandés aux labos (jackpot à las végas) ont été payées... par les mutuelles (en fait : vous). Oh presque rien, 1 petit milliard, Trop cool non ?

Y a pas à dire, nous vivons une époque formidable : on pompe du fric à tous pour le donner aux potes.

Lol - politique ? - 1 commentaire(s)
Comment prendre les gens pour des truffes
Publié par The Troll le 10 09 2017

Juste quelques lignes sur l'obligation vaccinal du führer Buzyn, ministre de la santé de notre cher jupiller mac'on.

Alors cette illuminée qui nous apporte la vérité révélé d'un dieu science qui serait notre alpha et notre oméga dit qu'elle lutte contre l'irrationnel et les réseaux sociaux et qu'il faut obliger à faire tous les vaccins disponibles parce que l'oms dit que c'est bien. Certes, certes, certes. Je dirais même plus, 3 fois certes.

MAIS, il faut remettre en perspective, que se passe-t-il sur les réseaux sociaux ? Il se retrouvent des gens dont les enfants qui allaient bien , et d'un seul coup, par coïncidence fortuite et hasardeuse du pas de chance, se retrouvent à aller mal (très mal) à la suite d'un vaccin. On (qui est un con) a beau leur dire à ces attardés que cela n'a rien à voir, ils ont du mal à y croire. Mettons nous à leur place : votre fille part en soirée, seule, et 15 jours après elle est enceinte alors qu'elle est restée avec vous pendant ces 15 jours. Comme des cons vous allez penser que c'est parce qu'elle à baisé pendant cette soirée, pauvres fous irrationnels obscurantistes, alors que c'est juste l'immaculée conception et que vous allez être parents du nouveau christ.

Bon, à leur décharge, il faut mettre en perspective la suite continue et pointilleusement régulière des scandales sanitaires avec des labos ayant mis sur le marché des médicaments dangereux avec les autorités politiques et sanitaires qui camouflaient et minismisaient les problèmes. Il faut aussi prendre en compte que les réseaux sociaux permettent de rencontrer des gens qui ont les même problèmes que vous. Alors si votre enfant meurt la nuit après un vaccin (la mort subite du nourrisson est 4 fois plus important dans les 15 premiers jours après un vaccin que entre 30 et 60 jours après - ce qui est statistiquement impossible s'il n'y a pas de lien) vous pouvez croire votre médecin qui vous dit que c'est une coïncidence, mais difficile de continuer à le croire si vous 'rencontrez' des dizaines de personnes qui ont vécu la même coïncidence. 1 barbu c'est un barbu, 3 barbus c'est des barbouzes

Ainsi d'un certain point de vue, ce n'est pas de l'obscurantisme, mais de la précaution. Si on ajoute que de nombreux vaccins 'inoffensifs' et très utiles pour la santé de l'humanité et qui ont sauvé des millions de personnes de la mort, se trouvent un jour retirés du marché parce qu'il y a trop de coïncidences, on peut comprendre et même soutenir ces personnes qui ne désirent pas bénéficier de cet immense progrès. (on notera par analogie que ce même gouvernement affirme que la fin du CDI et l'explosion de la précarité est également un progrès, de quoi faire relativiser un poil la notion de progrès Jupilérien.

Bon kékonfè alors ? Ben moi j'ai une idée. Le meilleur moyen de combattre l'obscurantisme est la science, qui pourrait dire le contraire ? Or, la science c'est une théorie puis des expériences dont on publie les résultats (avec les données brutes) pour que l'on puisse reproduire les résultats. DONC, pour lutter contre l'irrationnel des réseaux sociaux, je propose que l'on fasse de la science et que l'on OBLIGE à publier, sur un site gouvernemental, en open data, TOUTES les données de l'expérience : la population, les choix, les tests et TOUS les résultats individuels des groupes et groupes témoins CONTRE VRAI PLACEBO

SANTÉ PUBLIQUE = DONNÉES PUBLIQUES

En attendant les données publiques, je préconise de laisser aux gens le choix, puisque nous sommes en démocratie. A moins de créer des jeunesses macroniennes qui défileraient en chemise brunes et dénonceraient les mauvais citoyens

politique ? - Mes combats - Commentez
La santé publique implique des données publiques.
Publié par The Troll le 10 08 2017

Cela claque de partout comme des voiles folles prisent aux vents violents : il y a une offensive générale pour protéger le marin vaccination contre le retour de l'obscurantisme égoïste de ceux qui ne veulent pas se vacciner et mettent en danger la population de ceux qui ne peuvent pas se vacciner. (il faut les chercher ceux là, le médecin qui décide que l'on ne peut pas vacciner un enfant doit être comme les navigateurs solitaires : solitaire.)

Donc nous voyons fleurir partout sur la toile, les même arguments, sans aucune preuve _scientifique_ répétés jusqu'à en faire des vérités, des dogmes qu'il suffirait d'énoncer pour que celui qui se pose des questions soit un complotiste idiot et obscurantiste.

Donc, à la louche, pour faire simple :

  • Les labos ne gagnent pas d'argent avec les vaccins (juste lol dans un marché qui avoisinera les 20 000 000 000 à court terme).
  • Les vaccins n'ont pas d'effets secondaires et s'ils en ont (ce qui n'est pas le cas) ce serait moins grave que ce dont ils protègent. Va expliquer cela aux parents dont le bébé est mort avec le vaccin contre la gastro : au moins il remplissait pas ses couches de caca, le bénéfice est bien supérieur à la vie du bébé.
  • Si tu es vacciné, tu protèges les autres. Alors faudrait d'abord apporter la preuve de cette protection de groupe (avec des études scientifiques sérieuses) et ensuite faudrait montrer que dans une population qui suit le schéma vaccinal classique l'ensemble de la population est bien immunisée et ne peut pas être porteuse d'un germe dangereux pour une personne non vaccinée.
  • Aluminium et autres adjuvants sont sans danger : le mercure l'était aussi jusqu’à ce qu'il devienne dangereux, le tabac et l'amiante c'était pareil, et je parle pas de la dépakine ou était inscrit dans le vidal jusque tard que la grossesse n'était pas une contre indication... de la vraie science on vous dit.

Moi je demande quelques réponses simples à des questions simples :

  • En 'éradiquant' (si c'est possible), un virus ou bactérie, est-ce qu'on ne laisse pas la place à un autre que notre corps ne connaît pas. Étant de fait plus risqué ? Voir en inde pour la polio qui est remplacée par la paralysie flasque aiguë qu'on ne sait pas soigner.
  • En vaccinant à tout va, est-ce qu'on ne déplace pas l'age auquel on attrape la maladie ? la rendant plus dangereuse, par exemple la rougeole à 3 ans c'est 'bénin' en général tandis qu'à 30 ça pique.
  • En ne laissant pas notre corps se défendre pour de vrai, est ce que l'on n’amoindrit pas notre potentiel immunologique, nous devenons du coup plus sensible aux germes et bactéries et qu'il faudra de plus en plus de vaccins contre de plus en plus de choses ?
  • Pendant des dizaine d'années, les antibiotiques c'était automatique pour éradiquer les dites bactéries et fallait bien, suivre le traitement jusqu'au bout, on voit ce que cela donne : des multi-résistances qui sont bien plus problématiques pour la médecine que les oreillons ou la rougeole. Et si nous recommencions la même erreur avec cette vaccination à tout va ?
  • Enfin, il est éminemment triste qu'une enfant meure de la rougeole, mais il y a, à la louche,
    • 500 morts subite du nourrisson par an sans qu'on en fasse une priorité nationale - alors que l'on sait que la fréquence des mort des nourrissons est double dans les 15 jours suivant la vaccination que dans les 15 jours suivant
    • au moins 20 000 morts par iatrogénie tous les ans dans l'indifférence la plus totale des autorités sanitaires qui diminue le personnel soignant.
    • Il y aurait 40 % des malades qui serait iatrogène. Presque la moitié des personnes sont malades _a cause_ de la médecine.
    • Un étude montre que lorsque l'on diminue les soignants dans les services, la mortalité des patients augmente, et pourtant on continue à vider les services

Comme on peut le voir, des questions simples qui demandent des réponses sérieuses assorties d'une cohorte d'études scientifiques faites par des personnes indépendantes avec les données brutes en open data, disponibles pour l'ensemble de la population (c'est cela la science : des expériences que l'on peut analyser et reproduire, et donc il faut les données de l'expérience et le protocole accessible).

Il n’échappera à personne que la santé publique, les gouvernements successif s'en foutent, leur unique objectif est de la faire de la croissance, en obligeant les gens à dépenser - directement ou indirectement - et quelle croissance facile de multiplier les vaccins à 40 euros à la place de ceux à 1 euro.

Qu'attendre de la part de gens élus avec l'argent des multinationales sinon de les voir leur renvoyer l’ascenseur en les favorisant économiquement en leur donnant un marché captif de cobayes obligés de suivre un traitement.

Enfin je pense qu'il faut, pour la santé publique, des données publiques : dès qu'un médicament est remboursé par la sécu, TOUTES les études préalables à sa mise sur le marché AINSI que le suivi en direct de la pharmacovigilance doit est en OPEN DATA, accessible par tous les citoyens sur un site internet, sans abonnement.

D'autant plus avec les vaccins qui sont obligatoires

Il est hors de question de m'obliger à prendre une molécule chimique sans être certain que des gens indépendants aient pu reviewer les études de faites.Alors on peut décider que c'est un secret commercial, que ce sont des données privées, en ce cas, pas d'obligation et pas de remboursement

Pour finir, il serait équitable d'avoir besoin du même niveau de preuve lorsqu'on se plaint d'un effet secondaire que celui qui est admis pour justifier la vaccination : depuis les vaccins il y a moins de maladies est le seul argument scientifique que l'on entend, donc depuis que je suis vacciné, je suis malade est l'argument qui devrait suffire à être indemnisé (par le labo et pas par l'état).

politique ? - Mes combats - Commentez
le vieux troll libéral : je ne paie que ce que je consomme
Publié par The Troll le 04 08 2017

J'ai eu la bêtise de lire un troll en commentaires d'un article du monde du diplo (partie blog). Cela partait sur les militaires demandent des preuves d'amour (et du poignon) et cela à dérivé sur la notion de mutualisation des risques (ex: sécu) et des services (ex : éducation) ou s'affrontent 2 écoles : les libéraux qui trouvent inadmissible de payer pour un service que l'on utilise pas (par exemple l'école publique puisque je mets mes enfants dans le privé - bien que les profs soient payés par l'éducation nationale, sauf à être hors contrat) et donc on devrait défalquer de mes impôts la part éducation nationale. Même raisonnement sur la sécu : je ne veux pas payer pour ceux qui utilisent (et abusent) et je veux avoir le droit de ne cotiser qu'à un truc privé qui me rembourse selon ses tarifs.

Voilà le débat posé. En clair les fonctionnaires ne foutent rien et les remplacer par des entreprises optimise la productivité et fait baisser les coûts. Maintenant je trouve dommage de limiter à juste la sécu et l'école, si je n'ai pas de voiture, il n'y a aucune raison que je paie pour l'entretien des routes que je n'utilise pas, si je ne vais jamais à la mairie et que je ne vote pas, il est inadmissible que je paie le maire et ses services, si je suis en zéro déchets, il est inadmissible que je paie la part des ordures ménagères. Si je veux gérer seul, il est inadmissible que je doive payer pour entretenir les policiers (qui surveillent les demeures des riches) et les pompiers (qui gèrent le feu des gens qui ne font pas attention). De la même manière, je ne vois pas pourquoi on devrait payer des policiers à protéger les 'riches' contre les voleurs (pauvres) et les désespérés (pauvres) : ils n'ont qu'à entretenir une milice privée pour se protéger. De la même manière, je ne vois pas pourquoi je devrais payer l'entretien des routes qui favorisent l'accès aux zones commerciales : les magasins et entreprises devraient le gérer tout seul.

De la même manière je trouve inadmissible que l'état (les états) aient renfloué les banques en 2008, dans la pure logique libérale, il aurait fallut les laisser crever, toutes. Mais là, bizarrement, ces gens trouvent des excuses genre c'est pour sauvegarder l'épargne des gens. Mon CUL, pour rester poli, si la majorité des banques se cassaient la gueule, les plus emmerdés, ce ne serait pas la populace avec le compte à -300 euros, mais le système complet qui s’effondrait. Donc le libéral il est d’accord de laisser crever les pauvres qui n'arrivent pas à se soigner, mais il ne faut pas laisser le système s’effondrer sur lui même. Parce que le libéral ne comprend que la sécu et l'éduc. nat. est un détail et que la part importante du prélèvement de l'état sert SURTOUT à faire que le système ne s'effondre pas sur lui même, et protège, par la même, les rentes des libéraux qui conspuent le dit système. Car il ne faut pas être grand clair pour comprendre que celui qui affirme ne vouloir payer que ce qu'il utilise est celui qui a le patrimoine pour être à l’abri. Et à moins que ce soit le découvreur d'une mine d'or qu'il a exploité tout seul, cet argent qu'il a accumulé : il l'a pris à d'autres, il l'a capté, il a privé d'autres personnes de cet argent. et bonus : si les banques se cassent la gueule : son patrimoine disparaît, c'est ballot. L'état qui doit sauver les banques (communiste !) pour protéger le libéral qui le conspue.

Et là, mon coté libéral prend le dessus, hors de question que la solidarité nationale (par le biais de la police et de la justice) les protège du juste courroux de ceux qu'ils ont spoliés.

politique ? - Mes combats - Commentez