La santé publique implique des données publiques.
Publié par The Troll le 10 08 2017

Cela claque de partout comme des voiles folles prisent aux vents violents : il y a une offensive générale pour protéger le marin vaccination contre le retour de l'obscurantisme égoïste de ceux qui ne veulent pas se vacciner et mettent en danger la population de ceux qui ne peuvent pas se vacciner. (il faut les chercher ceux là, le médecin qui décide que l'on ne peut pas vacciner un enfant doit être comme les navigateurs solitaires : solitaire.)

Donc nous voyons fleurir partout sur la toile, les même arguments, sans aucune preuve _scientifique_ répétés jusqu'à en faire des vérités, des dogmes qu'il suffirait d'énoncer pour que celui qui se pose des questions soit un complotiste idiot et obscurantiste.

Donc, à la louche, pour faire simple :

  • Les labos ne gagnent pas d'argent avec les vaccins (juste lol dans un marché qui avoisinera les 20 000 000 000 à court terme).
  • Les vaccins n'ont pas d'effets secondaires et s'ils en ont (ce qui n'est pas le cas) ce serait moins grave que ce dont ils protègent. Va expliquer cela aux parents dont le bébé est mort avec le vaccin contre la gastro : au moins il remplissait pas ses couches de caca, le bénéfice est bien supérieur à la vie du bébé.
  • Si tu es vacciné, tu protèges les autres. Alors faudrait d'abord apporter la preuve de cette protection de groupe (avec des études scientifiques sérieuses) et ensuite faudrait montrer que dans une population qui suit le schéma vaccinal classique l'ensemble de la population est bien immunisée et ne peut pas être porteuse d'un germe dangereux pour une personne non vaccinée.
  • Aluminium et autres adjuvants sont sans danger : le mercure l'était aussi jusqu’à ce qu'il devienne dangereux, le tabac et l'amiante c'était pareil, et je parle pas de la dépakine ou était inscrit dans le vidal jusque tard que la grossesse n'était pas une contre indication... de la vraie science on vous dit.

Moi je demande quelques réponses simples à des questions simples :

  • En 'éradiquant' (si c'est possible), un virus ou bactérie, est-ce qu'on ne laisse pas la place à un autre que notre corps ne connaît pas. Étant de fait plus risqué ? Voir en inde pour la polio qui est remplacée par la paralysie flasque aiguë qu'on ne sait pas soigner.
  • En vaccinant à tout va, est-ce qu'on ne déplace pas l'age auquel on attrape la maladie ? la rendant plus dangereuse, par exemple la rougeole à 3 ans c'est 'bénin' en général tandis qu'à 30 ça pique.
  • En ne laissant pas notre corps se défendre pour de vrai, est ce que l'on n’amoindrit pas notre potentiel immunologique, nous devenons du coup plus sensible aux germes et bactéries et qu'il faudra de plus en plus de vaccins contre de plus en plus de choses ?
  • Pendant des dizaine d'années, les antibiotiques c'était automatique pour éradiquer les dites bactéries et fallait bien, suivre le traitement jusqu'au bout, on voit ce que cela donne : des multi-résistances qui sont bien plus problématiques pour la médecine que les oreillons ou la rougeole. Et si nous recommencions la même erreur avec cette vaccination à tout va ?
  • Enfin, il est éminemment triste qu'une enfant meure de la rougeole, mais il y a, à la louche,
    • 500 morts subite du nourrisson par an sans qu'on en fasse une priorité nationale - alors que l'on sait que la fréquence des mort des nourrissons est double dans les 15 jours suivant la vaccination que dans les 15 jours suivant
    • au moins 20 000 morts par iatrogénie tous les ans dans l'indifférence la plus totale des autorités sanitaires qui diminue le personnel soignant.
    • Il y aurait 40 % des malades qui serait iatrogène. Presque la moitié des personnes sont malades _a cause_ de la médecine.
    • Un étude montre que lorsque l'on diminue les soignants dans les services, la mortalité des patients augmente, et pourtant on continue à vider les services

Comme on peut le voir, des questions simples qui demandent des réponses sérieuses assorties d'une cohorte d'études scientifiques faites par des personnes indépendantes avec les données brutes en open data, disponibles pour l'ensemble de la population (c'est cela la science : des expériences que l'on peut analyser et reproduire, et donc il faut les données de l'expérience et le protocole accessible).

Il n’échappera à personne que la santé publique, les gouvernements successif s'en foutent, leur unique objectif est de la faire de la croissance, en obligeant les gens à dépenser - directement ou indirectement - et quelle croissance facile de multiplier les vaccins à 40 euros à la place de ceux à 1 euro.

Qu'attendre de la part de gens élus avec l'argent des multinationales sinon de les voir leur renvoyer l’ascenseur en les favorisant économiquement en leur donnant un marché captif de cobayes obligés de suivre un traitement.

Enfin je pense qu'il faut, pour la santé publique, des données publiques : dès qu'un médicament est remboursé par la sécu, TOUTES les études préalables à sa mise sur le marché AINSI que le suivi en direct de la pharmacovigilance doit est en OPEN DATA, accessible par tous les citoyens sur un site internet, sans abonnement.

D'autant plus avec les vaccins qui sont obligatoires

Il est hors de question de m'obliger à prendre une molécule chimique sans être certain que des gens indépendants aient pu reviewer les études de faites.Alors on peut décider que c'est un secret commercial, que ce sont des données privées, en ce cas, pas d'obligation et pas de remboursement

Pour finir, il serait équitable d'avoir besoin du même niveau de preuve lorsqu'on se plaint d'un effet secondaire que celui qui est admis pour justifier la vaccination : depuis les vaccins il y a moins de maladies est le seul argument scientifique que l'on entend, donc depuis que je suis vacciné, je suis malade est l'argument qui devrait suffire à être indemnisé (par le labo et pas par l'état).

politique ? - Mes combats - Commentez
le vieux troll libéral : je ne paie que ce que je consomme
Publié par The Troll le 04 08 2017

J'ai eu la bêtise de lire un troll en commentaires d'un article du monde du diplo (partie blog). Cela partait sur les militaires demandent des preuves d'amour (et du poignon) et cela à dérivé sur la notion de mutualisation des risques (ex: sécu) et des services (ex : éducation) ou s'affrontent 2 écoles : les libéraux qui trouvent inadmissible de payer pour un service que l'on utilise pas (par exemple l'école publique puisque je mets mes enfants dans le privé - bien que les profs soient payés par l'éducation nationale, sauf à être hors contrat) et donc on devrait défalquer de mes impôts la part éducation nationale. Même raisonnement sur la sécu : je ne veux pas payer pour ceux qui utilisent (et abusent) et je veux avoir le droit de ne cotiser qu'à un truc privé qui me rembourse selon ses tarifs.

Voilà le débat posé. En clair les fonctionnaires ne foutent rien et les remplacer par des entreprises optimise la productivité et fait baisser les coûts. Maintenant je trouve dommage de limiter à juste la sécu et l'école, si je n'ai pas de voiture, il n'y a aucune raison que je paie pour l'entretien des routes que je n'utilise pas, si je ne vais jamais à la mairie et que je ne vote pas, il est inadmissible que je paie le maire et ses services, si je suis en zéro déchets, il est inadmissible que je paie la part des ordures ménagères. Si je veux gérer seul, il est inadmissible que je doive payer pour entretenir les policiers (qui surveillent les demeures des riches) et les pompiers (qui gèrent le feu des gens qui ne font pas attention). De la même manière, je ne vois pas pourquoi on devrait payer des policiers à protéger les 'riches' contre les voleurs (pauvres) et les désespérés (pauvres) : ils n'ont qu'à entretenir une milice privée pour se protéger. De la même manière, je ne vois pas pourquoi je devrais payer l'entretien des routes qui favorisent l'accès aux zones commerciales : les magasins et entreprises devraient le gérer tout seul.

De la même manière je trouve inadmissible que l'état (les états) aient renfloué les banques en 2008, dans la pure logique libérale, il aurait fallut les laisser crever, toutes. Mais là, bizarrement, ces gens trouvent des excuses genre c'est pour sauvegarder l'épargne des gens. Mon CUL, pour rester poli, si la majorité des banques se cassaient la gueule, les plus emmerdés, ce ne serait pas la populace avec le compte à -300 euros, mais le système complet qui s’effondrait. Donc le libéral il est d’accord de laisser crever les pauvres qui n'arrivent pas à se soigner, mais il ne faut pas laisser le système s’effondrer sur lui même. Parce que le libéral ne comprend que la sécu et l'éduc. nat. est un détail et que la part importante du prélèvement de l'état sert SURTOUT à faire que le système ne s'effondre pas sur lui même, et protège, par la même, les rentes des libéraux qui conspuent le dit système. Car il ne faut pas être grand clair pour comprendre que celui qui affirme ne vouloir payer que ce qu'il utilise est celui qui a le patrimoine pour être à l’abri. Et à moins que ce soit le découvreur d'une mine d'or qu'il a exploité tout seul, cet argent qu'il a accumulé : il l'a pris à d'autres, il l'a capté, il a privé d'autres personnes de cet argent. et bonus : si les banques se cassent la gueule : son patrimoine disparaît, c'est ballot. L'état qui doit sauver les banques (communiste !) pour protéger le libéral qui le conspue.

Et là, mon coté libéral prend le dessus, hors de question que la solidarité nationale (par le biais de la police et de la justice) les protège du juste courroux de ceux qu'ils ont spoliés.

politique ? - Mes combats - Commentez
Lorsque les choix politiques vont à l'encontre des objectifs attendus
Publié par The Troll le 27 07 2017

En faisant du tri, je retrouve un mail que j'avais envoyé à un médecin blogeur et qui n'avait eu aucune réponse.Comme les question sont toujours d’actualités, je les publie ici

Bonjour Docteur,

Je me permets de vous contacter à la suite de votre (vieux) billet sur la protection des enfants et des "signalements", ici : http://sylvainfevre.blogspot.fr/2014/06/allo-maman-bobo.html . J'ai découvert votre blog et je remonte les billets.

Je(nous) suis(vons) plusieurs groupes facebook axés sur la parentalité positive, le maternage... enfin un peu cette mouvance. Je lis de plus en plus de témoignage de parents qui faisaient confiance à la PMI de leur coin et qui ont eu leurs enfants 'placés' pour des faits qui ne semblent pas du tout mettre en danger la vie ou la sécurité de l'enfant (nous parlons de maternage, allaitement long, cododo, régime alimentaire...., homéopathie plutôt qu’allopathie, régime sans viande...) Je ne parle même pas des mensonges sur la vaccination (existe-t-il des primes pour vacciner tout ce qui est possible ?).

Alors je peux bien comprendre que des enfants sont en dangers et qu'il faut les protéger. Ainsi, par exemple, je ne vois pas beaucoup de protection à l'enfance dans la jungle de calais. Je ne vois pas beaucoup de protection à l'enfance dans les cités sordides. J'ai l'impression de voir de la protection à l'enfance qui s'acharne sur les parents qui ne rentrent pas dans le moule fantasmé par des assistantes sociales, par des pédiatres (désagréables?) de pmi, par des intervenants qui assènent des vérités sans aucune justifications. Comme ceux qui disaient lorsque j'étais bébé qu'il ne fallait surtout pas allaiter parce que le lait en poudre était meilleur pour moi. Comme pour le couchage sur le ventre qui a tué des bébés (1000 par an pendant 20 ans = 20 000 bébés), et bien plus sur la durée que des parents vraiment maltraitants, et ce dans l'indifférence totale des autorités sanitaires.

De plus en plus de parents ont peur de l'hopital, ont peur du pédiatre, ont peur de la pmi qui va juger de leurs comportements et croyances et les signaler. Le juge qui jugera ne se basera que sur le rapport de l'enquête, rapport qui sera forcément marqué par les croyances de celui qui va le rédiger. Et il est tellement facile de jouer sur le pathos... un enfant en danger, vous vous rendez compte.... blablabla. Et même parfois, le proc accepte de signer un placement 'en urgence' en attendant le jugement, et lorsque après une bataille longue, éprouvante et coûteuse, vos enfants vous sont rendus, marqués à vie par cette 'séparation', par le jugement qui a été porté sur les parents, les responsables ne sont pas punis, pas d'excuses, pas de compensations, rien. Ils recommencent avec une autre famille, pendant 40 ans de vie professionnelle.

De plus en plus de gens évitent le circuit médical classique et/ou restent avec le médecin de famille que l'on a trouvé par hasard et qui ne juge pas (refusant de consulter spécialistes au besoin). Certaines personnes refusent de demander les RSA, la cmu, et autres trucs pour éviter de rentrer dans le circuit des "aides" et surtout du jugement. C'est, je pense, un problème de santé publique majeur : une perte totale de confiance de famille dans le système (qui est devenu répressif et aveugle). D'autant plus que TOUS les scandales sanitaires se terminent par des non lieux. L'accès à l'information est plus en plus facile et maintenant les gens savent. Avant cela se passait pareil mais personne ne savait car personne ne pouvait en parler. Maintenant le donne est différente.

Voila je voulais vous faire part de mon ressenti. J'ai pensé que votre amour de la réflexion trouverait intéressant ce petit grain de sable pour le mortier de votre réflexion.

ps : juste une question. Je lis de droite et de gauche que le tétanos n'est pas immunisant. qu'on peut l'attraper plusieurs fois. Est-ce vrai ? si c'est vrai, est-ce que sa vaccination est utile puisque cela ne vous immuniserait pas ?

je vous remercie de votre réflexion dans vos billet, sur votre pratique et de nous la faire partager.

politique ? - Mes combats - Commentez
La propagande des journalistes décérébrés continue.
Publié par The Troll le 27 07 2017

Je sais qu'il y a une propagande journalistique vaccinale, d'autant mise facilement en avant, que c'est un sujet qui fait vendre, ou il y a peu de travail à faire, juste relayer, sans trop réfléchir, la doxa du pouvoir et des labos (le pouvoir quoi). Ainsi suite au film documentaire VAXXXED (et à la diffusion des données brutes de l'étude du cdc qui est pointée du doigt), il est impératif d'allumer des contre-feux contre le lien potentiel vaccin/autisme. D'autant plus que le gouvernement de facho actuel (super on a fait barrage à la bête immonde au ventre encore fécond, du coup, pan sur la gueule du pauvre, et va te faire vacciner de force, gratos - remboursé par la sécu - qui du coup te remboursera encore moins les médocs dont tu as besoin), quelle chance d'avoir fait barrage.

Il y a des milliers de façon d'allumer ce contre-feux et chacune est déclinée jusqu'à plus soif. Le lien génétique (c'est dans les gènes ma brave dame, pas question de vaccins), mains non cela vient d'une meilleure détection (si on en trouve plus c'est que la définition à changé), le lien multi factoriel (c'est pas les vaccins c'est tout : la pollution, l'alimentation, les nano- particules, le climat... - une façon de dire c'est tout et donc rien). Bon, nous avons l'habitude : le tabac et le cancer du poumon c'était pareil, l'amiante aussi, le sang contaminé itou... (et je passe sous silence le médiator, le vioxx, l'hormone de croissance, l'explosion de SEP à la suite de vaccination hépatite B...)

Maintenant, sans vouloir faire le chafouin, passer d'une prévalence de 1 cas pour 5000 naissance en 1975, à 1 pour 150 en 2002, et à 1 pour 68 en 2012 et 1 sur 45 en 2014, aux US, explose la génétique et la meilleur détection. Il reste... le reste. Lorsque l'on regarde vaxxxed, on apprend que la première étude du CDC montre un octuplement de la prévalence des cas d'autismes pour les enfants vaccinés avec le trivalent MMR (ROR) avant 18 mois par rapport à ceux vaccinées après 18 mois ou vaccinés avec juste la valence rougeole (dans la même population scolaire). Il est vrai qu'avec un autre découpage des classes d'age et en éliminant une partie de la population étudiée, le CDC à réussi à effacer le signal statistique. C'est y pas classe les organes de contrôle ? De mon point de vue, cela occulte le reste, il ne reste que le vaccin comme principal responsable de ces autismes.

Ce ne serait pas la première fois qu'un scandale arrive dans le domaine du médicament ou des vaccins ( et ce ne sera pas la dernière). Combien de journalistes capables de parler du pandermix, retiré en loucedé du marché ? Facile ZÉRO, parce que les journalistes ne travaillent pas leur sujet et chient du papier en recopiant les éléments de langage qu'on leur donne (pas de travail, de la reconnaissance, des restaux et voyages gratis, tout bénef).

Le pire est que derrière ces journalistes, il y a une horde de crétins qui n'ont jamais lu une seule publication ou article scientifique sur la vaccination et qui viennent bêler que t'es un abrutis de remettre en cause la doxa de big pharma. Qu'ils vaccinent leurs enfants, cela fera une sorte de darwinislme, mais qu'ils laissent ceux qui ne veulent pas vacciner leurs enfants ne pas le faire.

Enfin, juste pour remettre les choses en place de manière à aiguiller ceux qui cherchent des réponses : l'association vaccin et autisme se fait pour les cas d'autisme régressif sans pathologie associé. Maintenant que ces brillants journalistes et donneurs de leçons refassent leurs articles et diatribes en parlant uniquement des cas d'autisme régressif sans pathologie associé, ils font tout de suite faire moins les malins.

Pour les faignants qui ne veulent pas chercher mais tout de même savoir : Le cas typique est un enfant qui se développe normalement, sans montrer de troubles autistiques, qui communique et participe pleinement comme un enfant classique et, d'un seul coup, après un (ou plusieurs) vaccin(s) 'régresse' (à du mal à se déplacer, tombe, ne communique plus, fuit le regard...) Regardez le film vaxXxed et ensuite venez en discuter, mais ne perdez notre temps à venir dégobiller les conneries classiques.

politique ? - Mes combats - Commentez
Féministes, ces animaux si loin de la condition humaine
Publié par The Troll le 21 07 2017

Cela faisait longtemps...mais je suis tombé sur un article de Ma... non je vais pas le citer, donc du torchon... sur Emma, une 'féministe' qui se penche sur la place de la femme 'esclave' de la société patriarcale, sexiste, machiste (et probablement facho et homophobe).

Donc cette grognasse, après la 'charge mentale' (comprendre la femme fait tout et le mec reste sur le canapé à boire de la bière et regarder le foot), si c'était un élève de terminale, il aurait un 4/20 pour le ramassis de clichés, elle revient avec l'attente.

Alors l'attente c'est quoi ? en gros la femme attend son mari à la maison pour qu'il prenne en charge sa part des taches ménagères. je suppose qu'il doit y avoir les poncifs habituels de la carrière de l'homme et du sacrifice de la femme ; le poncif de la femme qui se 'sacrifie' pour l'enfant, alors que lorsque l'on a un chien, c'est 50-50 (enfin c'est surtout l'homme qui le sort), enfin ce genre de connerie. Il suffit d'avoir un minimum de connaissance en neuroscience et de connaître la notion de 'lien d'attachement' pour se dire que ces bonne femmes ne DOIVENT pas avoir d'enfant (elles n'ont qu'à prendre des chats - parce que les chiens c'est encore trop de responsabilités pour elles.) ce n'est pas un crime de ne pas avoir d'enfant, ce n'est pas une "défaite" ou un reniement de ne pas enfanter, c'est un choix que l'on doit faire si on ne VEUT PAS ASSUMER ce que cela implique.

Plusieurs remarques :

  • Si ces 'féministes' se plaignent du mec qui fait rien et travaille tard : qu'elles le quittent, ce connard, qu'elles se mettent en couple avec un chômeur qui sera à la maison tout le temps et pourra passer l'aspirateur et faire les courses pendant qu'elles géreront les finances du ménage et assumeront (ou pas) l'équilibre budgétaire. En tant qu'homme, cela me va 10000% d'avoir cette position.
  • Je commence à en avoir plein les couilles de ces meufs qui se mettent avec le bad boy (il est trop ténébreux avec sa moto et ses soirées trash) et se plaignent qu'il n'est pas réglé comme une horloge et ne rentre pas manger à 19h30, et parfois arrive bourré à 3h00 du mat.
  • J'en ai ma claque de ces putes qui se maquent avec le mec qui a une bonne place, et ramasse le max de pèze afin de trouver ou garder un certain standing social, et qui ensuite chouinent qu'il est un brin macho et rentre tard du travail et qu'il n'est pas là pour mettre la vaisselle dans le lave-vaisselle.
  • je ne peut plus supporter ces connasses qui affirment 'les hommes blablabla' pour ne pas dire MON homme blablabla... Qu'elles le quittent, putain, plutôt que de venir baver sur tout le monde et pleurer comme des chialeuses. Ces féministes de bas étage (souvent, d'ailleurs, avec une femme en couple ou célibataires) viennent parler des hommes... autant demander à un prêtre de parler d'orgasme clitoridien.

Ce que je vois c'est que CHAQUE putain de combat féministe 'gagné' n'est qu'une régression pour tout le monde des droits, et là, comme dans la pièce de Hanns Johst, intitulé Schlageter, je dirais "Quand j'entends le mot "féministe", je défais le cran de sûreté de mon browning"

ps : ouais je suis vénère.

Lol - politique ? - Mes combats - Commentez